Culture

Online Lessons

hiragana
Online Lessons
Hiragana
April 12, 2018

Notre guide débute avec l’un des trois – quatre, si l’on compte l’alphabet latin, types d’écriture utilisés par la langue japonaise aujourd’hui. Si vous avez commencé votre apprentissage du japonais en ayant recours à l’alphabet latin (appelé romaji), apprendre les hiragana est l’étape naturelle suivante. Les lecteurs n’ayant aucune connaissance du japonais peuvent directement commencer leur apprentissage avec les hiragana.

Ce que vous devez savoir avant de commencer.

Ce que l’on appelle “hiragana” est un syllabaire. Chaque lettre représente une syllabe (“kana”) et non pas un phonème. Le français, ou tout autre langue s’écrivant avec l’alphabet latin, a une lettre par son. Ainsi, il existe une lettre pour le son “m” et une lettre pour le son “a”, que l’on combine ensuite pour le son “ma”. En japonais, vous avez un caractère qui représente le son “ma” directement : ま. Si vous souhaitez écrire “mo”, vous ne substituez pas la lettre a par la lettre o. Vous allez utiliser un caractère complètement différent : も.

Vous êtes un peu confus ? C’est tout à fait normal. Apprendre le japonais vous force à considérer la langue en terme de syllabe au lieu de phonème. Au fur et à mesure de votre progression, le syllabaire devient une évidence. Ce type d’écriture correspond parfaitement à la langue japonais dont les mots obéissent à un système rigide de syllabe. Prenez quelques minutes et réfléchissez aux mots japonais que vous connaissez déjà. Vous pouvez facilement les diviser en syllabes : ka-ra-te, su-shi, ki-mo-no, ka-ta-na, wa-sa-bi.

Contrairement au français, le syllabaire hiragana a une correspondance biunivoque entre les sons et les caractères. Par exemple, “mo” dans “mot” et “moi” ne se prononce pas du tout de la même manière, mais en japonais, un caractère a toujours la même prononciation.

Apprendre les hiragana est très important pour votre apprentissage du japonais. Ce syllabaire permet d’écrire les mots pour lesquels il n’existe pas de kanji ou le kanji est trop ancien, ainsi que les particules grammaticales, par exemple “to” (“et”) et les suffixes comme “san” (M. Mme). Enfin, les inflexions de verbes et adjectifs sont aussi écrits avec les hiragana, très souvent à la suite d’un kanji. Par exemple, “je vois” et “je voyais” s’écrivent en japonais familier 見る et 見た. Le premier caractère, un kanji, transmet  le sens (voir) tandis que le deuxième caractère, un hiragana, indique la conjugaison du verbe.

Écrire les hiragana

Le syllabaire est composé de 46 caractères ou kana. Vous pouvez les mémoriser en suivant votre méthode préférée d’apprentissage. Il existe beaucoup d’ouvrages, de sites internet et d’applications offrant différentes méthodes de mémorisation. Nous vous suggérons de les apprendre comme vous avez appris l’alphabet latin : assis, une feuille de papier et un crayon à la main, en les écrivant de nombreuses fois. Concentrez-vous et répétez leur prononciation à haute voix en les écrivant afin d’associer l’écrit à la lecture.

Les traits des caractères japonais s’écrivent dans un ordre précis. Avant de commencer à griffonner votre feuille, il est essentiel de retenir le bon sens d’écriture dès le départ pour prendre de bons réflexes. Si ne pas respecter le sens d’écriture n’empêche pas la compréhension, les japonais le verront en un coup d’oeil !

Les 46 caractères hiragana

Étudions enfin les caractères hiragana, en commençant avec les voyelles.

Hiragana - Voyelle

A
I
U
E
O

Le japonais compte 5 voyelles. Gardez en tête qu’elles se prononcent toujours de la même façon : “a” comme dans “chat”, “i” comme dans “image”, “u” comme “ou” dans “tout”, “e” comme “é” dans “dé”, “o” comme dans “dos”.

En suivant l’ordre “alphabétique” du japonais, les syllabes se poursuivent avec la lettre “K”. Nous appelons ce groupe le groupe “K”.

Hiragana - Groupe K

KA
KI
KU
KE
KO

Oubliez les phonèmes et réfléchissez en terme de syllabe. Au lieu d’apprendre la lettre “k” et de la lier aux voyelles précédemment étudiées, vous devez retenir 5 caractères.

Poursuivons avec le groupe “G”. Le G se prononce toujours “gu”, comme dans “guitare”.

Hiragana - Groupe G

GA
GI
GU
GE
GO

Vous avez sans doute remarqué que les caractères sont exactement les mêmes à une exception près… En effet, les caractères des groupes K et G sont les mêmes. Cependant, vous noterez que chaque caractère du groupe G a comme une petite “apostrophe”. Ce signe graphique, appelé dakuten ou encore ten-ten, est un diacritique. Il permet de transcrire la modification de prononciation de la consonne. En ajoutant ce signe, la prononciation du son “K” devient “G”.

Le dakuten ou ten-ten s’écrit toujours en dernier, après le caractère de la syllabe. Il explique par exemple que le le mot japonais pour syllabe, kana, devient “gana”, dans hiragana. Vous n’auriez peut-être pas fait le lien si vous vous étiez limité à l’alphabet latin !

Hiragana - Groupe S

SA
SHI
SU
SE
SO

Avançons avec le groupe S. Tout d’abord, il est important de retenir qu’il n’existe pas de son “si” en japonais, seulement “shi”. Une fois que vous aurez mémorisé cette ligne, vous serez capable d’écrire le mot sushi en hiragana : すし !

Hiragana - Groupe Z

ZA
JI
ZU
ZE
ZO

Suivant le même schéma que pour les groupes K et G, le groupe Z et S ont les mêmes caractères avec l’ajout du diacritique pour le groupe Z. Notez que “zi” n’existe pas. À la place, les japonais prononcent “ji” comme dans Mont Fuji. Cela explique que le pays Zimbabwe devienne Jimbabwe prononcé en japonais !

Hiragana - Groupe T

TA
CHI
TSU
TE
TO

Avez-vous remarqué que les exceptions semblent survenir avec les syllabes contenant la voyelle i ? En japonais, le son “ti” n’existe pas. À la place, les japonais ont la syllabe chi, prononcée “tchi” comme dans “litchi”. De même le son “tu” n’existe pas et vous trouverez alors la syllabe “tsu” comme dans “tsunami” ou “Mitsubishi”. En passant, notez à quel point il est aisé de découper les mots japonais en syllabes : mi-tsu-bi-shi, tsu-na-mi.

Avant de poursuivre avec le groupe D, découvrons un petit caractère appelé sokuon. Il ressemble à un petit caractère tsu. C’est d’ailleurs son surnom “petit tsu”. Afin de vous permettre de comparer, voici le caractère つ et le petit っ.

Ce caractère a pour fonction de doubler la consonne qui le suit, créant une pause dans le mot. La transcription en alphabet latin le marque avec le redoublement de la consonne comme pour “Nippon” – autre façon de dire Japon. Autre exemple, ippon (score le plus élevé au judo ou karate) ou encore bukkake (certains mots doivent garder leur part de mystère).

Hiragana - Groupe D

DA
JI
ZU
DE
DO

Vous êtes désormais familier avec les hiragana et vous notez que les caractères du groupe D sont ceux du groupe T avec le ten-ten, le signe diacritique. Deux nouvelles exceptions apparaissent, avec ぢ et づ, qui se prononcent exactement comme じ et ず. Ces caractères sont rarement utilisés, donc ne vous embêtez pas à les retenir.

Hiragana - Groupe N

NA
NI
NU
NE
NO

Enfin un groupe facile à mémoriser !

Hiragana - Groupe H

HA
HI
FU
HE
HO

Vous pensiez vous en tirer facilement en ajoutant un ten-ten au groupe N ? Raté ! Le groupe N n’a aucune variation.

Les syllabes du groupe H sont assez récurrentes en japonais, alors mémorisez-les bien.

Gardez aussi à l’esprit qu’en japonais, la lettre H n’est pas silencieuse mais aspirée, comme dans “hope” ou “hell” en anglais. Le caractère ふ , sans compter d’être l’un des hiragana les plus difficile à écrire, diffère aussi de son groupe en se prononçant non pas “hu” mais “fu” comme dans “kung-fu” ou Mont “Fuji”.

Hiragana - Groupe B

BA
BI
BU
BE
BO

Ajoutez le ten-ten au groupe précédent et vous aurez le groupe B. Cerise sur le gâteau, vous pas d’exception à l’horizon.

Hiragana - Groupe P

PA
PI
PU
PE
PO

Surprise ! Le groupe P se réfère aussi aux caractères du groupe H. Cette fois-ci, au lieu du diacritique ten-ten, vous remarquez un petit cercle “°”, appelé “handakuten” ou encore “maru” (cercle en japonais). C’est le seul emploi du maru.

Hiragana - Groupe M

MA
MI
MU
ME
MO

Comme pour le groupe N, ce groupe est régulier et n’a pas de modification de prononciation. Faites attention cependant, à bien les différencier. En effet, vous avez dû remarquer des similitudes entre ま et は ou encore め et ぬ. Il est important de prendre de bons réflexes de lecture et d’écriture dès le départ.

Hiragana - Groupe Y

YA
YU
YO

Le groupe Y ne comporte que trois caractères : ya comme dans “yaourt”, yu comme dans “yuzu” et yo comme dans “yoyo”. Ce sont des caractères très importants qui se combinent avec d’autres groupes pour créer différents sons. Cela vous semble complexe ? Vous allez très vite comprendre !

Prenons un mot que vous connaissez très certainement : ninja. Vous connaissez le caractère pour “ji” (じ) mais comment écrire “ja” ? C’est là que le groupe Y prend toute son utilité. Pour créer le son “ja”, les japonais combinent “ji” (じ) avec “ya” (や). Attention ! Lorsque les caractères du groupe Y sont combinés avec un autre caractère, ils s’écrivent en petit : じゃ.

Prenons un autre exemple, avec l’ancienne capitale du Japon, Kyoto. Dans le groupe K, vous n’avez pas rencontré de caractère “Ky”. Encore une fois, il suffit très simplement de combiner “ki” (き) avec le caractère “yo” (よ) : きょ ou “kyo”.

Et le yen, alors ?! Il n’existe pas de “yi” ou “ye” en japonais. La monnaie “yen” est en réalité appelée “en” par les japonais.

Hiragana - Groupe R

RA
RI
RU
RE
RO

Heureusement, aucune exception ne se cache dans le groupe R. En revanche les locuteurs francophones butent souvent sur la prononciation du r japonais et tendent à le prononcer comme un “l”. En réalité, le r japonais est à mi-chemin entre un “r” roulé et “l” et se prononce en ayant le bout de la langue contre le palais, un peu comme si vous vous apprêtiez à prononcer la lettre d.

Hiragana particuliers

Nous abordons enfin le dernier groupe des caractères hiragana. Ce sont des caractères particuliers. S’y trouvent le “wa” et le “wo”. Wa s’utilise dans beaucoup de mot tel que wasabi. En revanche, wo est uniquement une particule grammaticale. Le ん, “n”, est la seule consonne qui peut s’écrire sans syllabe. C’est ce caractère que l’on retrouve dans le mot “nihon”, “Japon”. C’est aussi un caractère qui ne peut jamais commencer un mot en japonais !

Conclusions

L’objectif de ce guide est d’offrir une introduction pratique aux grands débutants en expliquant de manière simple le système de syllabaire. Nous nous efforçons d’apprendre aux lecteurs la bonne compréhension et la bonne prononciation des syllabes.

À vous de pratiquer ce que vous venez d’apprendre en écrivant les caractères hiragana sans hésiter ! Si vous y consacrez un peu de temps tous les jours, vous devriez pouvoir les mémoriser en une à deux semaines.

Cet apprentissage peut paraître ennuyant à première vue, mais vous en tenir au romaji freine considérablement votre apprentissage du japonais mais aussi votre capacité à communiquer en japonais.

X

Application.

Although GaijinPot Study Service is FREE either you or a family member must be able to show annual income AND bank balance of 2 million yen or more.

You are responsible for all costs associated with studying in Japan, including tuition and housing. Scholarships and other forms of financial aid are not available.

Envoyez le formulaire en utilisant le bouton ci-dessous.

Thank you!
Application succesfully sent.
It usually takes 1-2 days for us to reply.
GaijinPot Study Team
Go back